Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Conditions économiques actuelles

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le Quotidien


Le jeudi 21 février 2008

L'économie était toujours en expansion en octobre et en novembre, mais les indicateurs avancés multiplient les signes d'un ralentissement imminent. La production automobile a fléchi de près d'un tiers en décembre. Combiné à ses effets secondaires sur d'autres industries, ce recul retranchera 0,2 point de pourcentage au produit intérieur brut (PIB), selon des simulations effectuées au moyen de tableaux d'entrées-sorties. Les rigueurs de l'hiver ont restreint l'activité économique, touchant plus particulièrement les mises en chantier d'habitations et la totalité des heures travaillées. Aux États-Unis, la croissance économique a été anémique au quatrième trimestre, en raison d'un marché de l'habitation de plus en plus en proie au marasme et d'un rétrécissement des stocks. Enfin, les marchés boursiers dans le monde ont dégringolé au début de 2008.

Plusieurs facteurs font que la conjoncture économique est la plus complexe depuis des années. Les signes d'un ralentissement cyclique en Amérique du Nord abondent sans manifester les nombreux déséquilibres dont sont généralement marqués les creux de cycle, notamment puisque l'inflation et les stocks sont toujours maîtrisés. La bulle du marché de l'habitation a éclaté aux États-Unis, et déjà les mises en chantier ont diminué pour se situer près de leur niveau le plus bas observé depuis 1970. Cette situation a provoqué l'essentiel de l'agitation que connaissent les marchés financiers dans le monde depuis la mi-août et qui a amené des hausses de taux d'intérêt malgré les baisses décrétées par les banques centrales. Le fait que le dollar canadien soit à parité avec le dollar américain a affaibli les prix et les revenus pour de nombreux exportateurs, bien que le volume de production soit demeuré stable.

Toutefois, plusieurs indicateurs de ralentissement cyclique utilisés par le passé peuvent être moins fiables dans les circonstances actuelles. Au cours des dernières années, la croissance du PIB a été moins irrégulière grâce à une meilleure gestion des stocks. Aux États-Unis, les secteurs de l'habitation et de l'automobile se sont contractés depuis deux ans sans précipiter un ralentissement cyclique du PIB réel, fait sans précédent au cours des dernières décennies. Par comparaison, au Canada, le marché de l'habitation et les ventes d'automobiles sont demeurés vigoureux. Enfin, le marché boursier s'est subitement effondré en 1987, en 1998 et en 2001 sans qu'une récession s'ensuive au Canada.

D'autres indicateurs cycliques ont conservé leur fermeté. Les cours des produits de base sont restés élevés, arborant même une hausse en janvier malgré la faible croissance observée aux États-Unis. Le revenu réel des ménages a été soutenu par la vigoureuse croissance de l'emploi et l'augmentation des salaires réels jusqu'en janvier. De leur côté, les administrations publiques et les sociétés peuvent compter sur d'importants excédents financiers pour combler les manques à gagner imprévus. Et, bien sûr, le Conseil de la Réserve fédérale américaine s'est empressé d'abaisser les taux d'intérêt, retranchant en deux temps 125 centièmes en janvier, contribuant ainsi à stabiliser les marchés financiers.

Définitions, source de données et méthodes : numéros d'enquête, y compris ceux des enquêtes connexes, 1301, 1901, 2152, 2306, 2406 et 3701.

La version imprimée du numéro de février 2008 de L'observateur économique canadien, vol. 21, no 2 (11-010-XPB, 25 $ / 243 $) est maintenant en vente. Ce numéro comprend un sommaire des principaux événements économiques de janvier et renferme un article intitulé «À la trace du commerce à valeur ajoutée : contenu des exportations en intrants».

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Philip Cross au 613-951-9162 (oec@statcan.gc.ca), Groupe de l'analyse de conjoncture.