Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Enquête sur la participation et les limitations d'activités

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le Quotidien


Le lundi 3 décembre 2007
2006

Selon un nouveau rapport, un nombre estimatif de 4,4 millions de Canadiens (un Canadien sur sept) ont indiqué avoir une incapacité en 2006, en hausse de plus de trois quarts de million de personnes en cinq ans.

Le rapport est fondé sur les données de l'Enquête sur la participation et les limitations d'activités (EPLA). Les données montrent que le nombre de personnes ayant indiqué avoir une incapacité a augmenté de 21,2 % par rapport à 3,6 millions de personnes en 2001, soit l'année la plus récente au cours de laquelle l'enquête a été menée.

En 2001, 12,4 % de la population ont indiqué avoir une incapacité. En 2006, ce taux avait crû pour atteindre 14,3 %.

Le rapport laisse entendre que le vieillissement de la population est un des facteurs à l'origine de la hausse, quoiqu'il joue seulement un rôle partiel. La plus grande acceptation sociale quant à la déclaration des incapacités peut avoir été un des autres facteurs.

Les répondants ont eux-mêmes indiqué leurs incapacités aux intervieweurs. Le rapport suggère que la perception de l'incapacité a changé de façon considérable à mesure que la société a évolué, et que les répondants sont probablement davantage disposés à en faire rapport.

Les troubles d'apprentissage ont considérablement augmenté entre 2001 et 2006, tant pour les enfants que pour les adultes. Parmi les enfants âgés de 5 à 14 ans, les troubles d'apprentissage constituent désormais la forme la plus commune d'incapacité en plus des états chroniques.

Les adultes sont touchés principalement par les problèmes liés à la douleur, à la mobilité et à l'agilité. Près de 3 millions d'adultes âgés de 15 ans et plus (soit 11 % de ce groupe d'âge) ont indiqué une de ces limitations.

En ce qui concerne les Canadiens en âge de travailler (de 15 à 64 ans), la douleur est la forme d'incapacité la plus commune, suivie de près par les limitations de la mobilité ou de l'agilité. En ce qui concerne les personnes âgées de 65 ans et plus, les limitations de la mobilité constituaient l'incapacité la plus commune.


Note aux lecteurs

Le présent article se veut le premier d'une série de diffusions des données de l'Enquête sur la participation et les limitations d'activités (EPLA). Il contient des résultats d'enquête sur la prévalence, le type et la sévérité de l'incapacité, selon l'âge et le sexe. D'autres communiqués sont prévus pour 2008; ils traiteront de sujets tels que les soins reçus par les personnes ayant des incapacités, l'incidence sur une famille d'un enfant ayant une incapacité et les obstacles à l'emploi.

L'EPLA est une enquête nationale permettant de recueillir de l'information sur les adultes et les enfants ayant une incapacité, c'est-à-dire, dont les activités quotidiennes sont limitées en raison d'un état ou d'un problème de santé. Financée par Ressources humaines et Développement social Canada et menée par Statistique Canada, l'EPLA fournit des renseignements essentiels sur la prévalence des diverses incapacités, les soutiens aux personnes ayant des incapacités, leur profil d'emploi, leur revenu et leur participation au sein de la société.

Les dernières données recueillies sur les personnes ayant une incapacité remontent à 2001, année où a eu lieu l'EPLA précédente. L'EPLA de 2006 permet d'évaluer les changements qui ont eu lieu au cours des cinq années précédentes relativement au nombre de personnes ayant une incapacité et à leur situation. Par ailleurs, de nouvelles questions ont été ajoutées à l'enquête pour refléter les changements technologiques ainsi que les nouveaux besoins en matière de politiques et de programmes.

Dans le cadre de l'EPLA, les personnes ayant des incapacités sont celles qui ont indiqué éprouver des difficultés au cours des activités de la vie quotidienne ou qui ont indiqué qu'un état physique ou mental ou qu'un problème de santé a réduit la nature et le nombre d'activités qu'elles pouvaient faire.

Environ 48 000 personnes ont été interrogées dans le cadre de l'enquête, soit environ 39 000 adultes et 9 000 enfants. Les personnes résidant dans les logements privés et certains logements collectifs de l'ensemble des provinces et des territoires faisaient partie du champ d'observation de l'enquête. Les personnes résidant en établissements et dans les réserves des Premières Nations étaient exclues de l'enquête.


Un peu plus du tiers des adultes (35,4 %) ont déclaré avoir des incapacités légères, environ un quart (24,8 %), des incapacités modérées, et 39,8 %, des incapacités variant entre des incapacités sévères et très sévères. Ces proportions sont approximativement les mêmes parmi les enfants d'âge scolaire de 5 à 14 ans.

cliquez sur le bouton droit pour sauvegarder le graphique.

La population vieillit, mais le vieillissement n'est pas le seul facteur à l'origine du taux d'incapacité

Le vieillissement de la population est l'un des facteurs qui ont contribué à la hausse du taux d'incapacité depuis 2001. Il n'explique toutefois pas la totalité de la hausse.

Entre 2001 et 2006, l'âge médian de la population est passé de 37,0 ans à 38,3 ans. L'âge médian est l'âge que dépasse la moitié de la population et que l'autre moitié de la population n'a pas encore atteint.

Pour contrôler l'incidence du vieillissement de la population sur les taux d'incapacité, des comparaisons ont été effectuées au fil du temps à l'aide du «taux d'incapacité normalisé selon l'âge». Ce taux supprime l'incidence des différences liées à la structure par âge des populations au sein des régions et au fil du temps.

Si la population n'avait pas vieilli entre 2001 et 2006, le taux d'incapacité noté en 2006 aurait été de 13,5 % au lieu de 14,3 %. Ainsi, au cours de cette période, environ 40 % de la hausse du taux d'incapacité s'expliquerait par le vieillissement de la population.

Toutefois, les taux d'incapacité ont augmenté pour pratiquement tous les groupes d'âge. Cela laisse entendre qu'un changement des profils d'incapacité, des pratiques de déclaration ou d'une combinaison des deux peut entrer en jeu.

Au cours de la période de cinq ans, la sévérité des incapacités des adultes âgés de 15 ans et plus s'est accrue de façon progressive. La hausse la plus importante (+26,6 %) concerne le nombre de personnes ayant indiqué avoir des incapacités légères. La hausse la plus faible (+16,4 %) concerne le nombre de personnes ayant déclaré avoir des incapacités très sévères.

Enfants : Légère hausse de la part d'enfants ayant des incapacités

Parmi les enfants âgés de 14 ans et moins, on estime que 202 350 enfants ont indiqué avoir une incapacité quelconque en 2006, soit 3,7 % de la population de ce groupe d'âge. Ce pourcentage était de 3,3 % en 2001.

Parmi les enfants âgés de 4 ans et moins ayant une ou plusieurs incapacités, 69,8 % avaient une incapacité liée à un état de santé chronique. Celle-ci conjuguée aux retards de développement ont constitué les principaux types d'incapacités pour les garçons et les filles de ce groupe d'âge. Les états chroniques les plus communément déclarés étaient l'asthme ou les allergies graves, le trouble déficitaire de l'attention (avec ou sans hyperactivité) et l'autisme.

Parmi les enfants de 5 à 14 ans, environ 69,3 % des enfants ayant une incapacité ont indiqué avoir un trouble d'apprentissage. En 2006, les troubles d'apprentissage touchaient 121 080 enfants âgés de 5 à 14 ans, soit 3,2 % de l'ensemble des enfants de ce groupe d'âge.

Les états de santé chroniques ont touché 66,6 % des enfants de 5 à 14 ans ayant une incapacité, tandis que le trouble de la parole touchait 44,8 % de ces enfants. On estime que 78 240 enfants d'âge scolaire avaient un trouble de la parole.

En 2006, environ la moitié des enfants âgés de 4 ans et moins ont indiqué avoir une seule incapacité. Un peu plus de 40 % ont mentionné avoir deux incapacités, et un peu moins de 9 % ont indiqué en avoir trois ou plus.

En ce qui concerne les enfants de 5 à 14 ans, la probabilité qu'ils aient plusieurs incapacités est bien plus élevée. En réalité, presque trois quarts des enfants d'âge scolaire ayant une incapacité ont indiqué en avoir plusieurs, tandis que seulement 26,3 % avaient une seule incapacité.

En ce qui concerne les enfants âgés de 5 à 14 ans ayant des incapacités, la plus grande proportion a indiqué avoir une incapacité légère (33,5 %), suivie d'une incapacité modérée (24,1 %), sévère (23,5 %) et très sévère (18,9 %).

Adultes : Des hausses particulièrement importantes en ce qui concerne les troubles d'apprentissage

Entre 2001 et 2006, le taux d'incapacité des adultes âgés de 15 ans et plus a augmenté, passant de 14,6 % à 16,5 %. Les taux ont crû pour tous les types d'incapacité, à l'exception de la déficience développementale.

La hausse est particulièrement importante en ce qui concerne les troubles d'apprentissage. Le nombre de Canadiens de 15 ans et plus ayant des troubles d'apprentissage s'est accru de près de 40 % pour atteindre un nombre estimatif de 631 000 personnes en 2006.

Les adultes sont touchés principalement par des problèmes liés à la douleur, à la mobilité et à l'agilité. Près de 3 millions de personnes âgées de 15 ans et plus ont mentionné avoir une de ces limitations.

On estime que 1 265 000 adultes (soit 5,0 % des adultes) ont déclaré avoir une incapacité auditive. Près de 815 000 adultes (3,2 %) ont indiqué avoir des incapacités visuelles, alors qu'environ 480 000 adultes (1,9 %) ont mentionné avoir un trouble de la parole.

En ce qui concerne la population en âge de travailler (15 à 64 ans), la limitation des activités la plus commune est la douleur et les malaises, lesquels touchent trois personnes ayant des incapacités sur quatre (74,4 %). Selon les estimations, 1,8 million de personnes en âge de travailler (soit 8,6 % du total) ont des incapacités liées à des douleurs ou à des malaises. Ces sortes d'incapacité sont bien plus communes pour les femmes en âge de travailler que pour les hommes.

Parmi les personnes âgées de 65 ans et plus ayant des incapacités, trois personnes sur quatre (76,4 %) ont indiqué une limitation de la mobilité, laquelle est l'incapacité la plus commune devant la douleur. Plus de 1,3 million de personnes, soit un tiers de l'ensemble des personnes âgées, ont déclaré une limitation de la mobilité.

Des incapacités liées à la mobilité ont été indiquées par moins de 2 % des personnes de 15 à 24 ans. Ces incapacités touchaient environ 44 % des personnes âgées de 75 ans et plus.

Les taux d'incapacité augmentent dans l'ensemble des provinces

Les taux d'incapacité se situent entre un creux de 10,4 % au Québec et un sommet de 20,0 % en Nouvelle-Écosse. Parmi les autres provinces, celles de l'Est ont en moyenne enregistré des taux d'incapacité plus élevés que ceux des provinces de l'Ouest. L'Ontario a enregistré un taux d'incapacité (15,5 %) légèrement supérieur au taux national.

Entre 2001 et 2006, les taux d'incapacité ont crû dans toutes les provinces. Le vieillissement de la population permet davantage d'expliquer les hausses des provinces de l'Atlantique, car leurs populations sont parmi les plus âgées du Canada.

En 2006, l'EPLA a été menée pour la première fois dans les trois territoires du Canada. Le Yukon a enregistré le taux d'incapacité le plus élevé (13,5 %), suivi des Territoires du Nord-Ouest (8,6 %) et du Nunavut (6,4 %).

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 3251.

Les publications Enquête sur la participation et les limitations d'activités de 2006 : rapport technique et méthodologique (89-628-XWF2007001, gratuite), Enquête sur la participation et les limitations d'activités de 2006 : rapport analytique, no 2 (89-628-XWF2007002, gratuite), et Enquête sur la participation et les limitations d'activités de 2006 : tableaux, no 3 (89-628-XWF2007003, gratuite), sont maintenant accessibles à partir du module Publications de notre site Web. Sous Publications Internet gratuites, choisissez Santé.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Patric Fournier-Savard au 613-951-9228 (patric.fournier-savard@statcan.gc.ca), Division de la statistique sociale et autochtone.