Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Étude : Les jeunes retraités

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le Quotidien


Le mercredi 21 février 2007
1989 à 2004

Environ un travailleur sur cinq commence à toucher un revenu d'un régime privé de pension avant son 60e anniversaire, d'après une nouvelle étude qui examine l'effet potentiel de ces départs à la retraite anticipée sur l'offre de main-d'oeuvre.

Étant donné que ces retraités relativement jeunes ne sont généralement pas encore admissibles aux prestations de régimes de retraite publics et qu'ils peuvent s'attendre à une espérance de vie relativement longue, ils devraient aussi être plus susceptibles que les retraités plus âgés de retourner au travail.

Si l'étude a bel et bien montré que la majorité des plus jeunes retraités continuent de faire un peu de travail rémunéré, la participation de ces retraités au marché du travail est relativement faible et diminue avec l'âge.

D'après cette étude, parue aujourd'hui dans L'emploi et le revenu en perspectives, au moins la moitié des personnes dans la cinquantaine et récemment retraitées avaient au moins quelque revenu d'emploi durant l'année suivant la date à laquelle ils ont commencé à toucher leur pension.

Mais si on élève la limite du revenu de travail à seulement 5 000 $, cette proportion tombe à moins d'un tiers.

À partir des données fiscales de la Banque des données administratives longitudinales, l'étude examine les tendances en matière d'accès à une pension et d'emploi postérieur à la retraite pendant les années 1990 et le début des années 2000.

Les données montrent clairement une reprise du «retour au travail» chez les jeunes retraités depuis le milieu des années 1990. Mais pendant les années 2000, les taux sont restés pratiquement inchangés.

Par conséquent, il est peu probable que ces jeunes retraités représenteront une source importante d'offre de travail dans les années à venir.

Comme la plupart des régimes de pension prévoient des pénalités importantes en cas d'encaissement de la pension avant l'âge de 55 ans, la retraite avant cet âge est un événement rare.

En moyenne, moins de 1 % des travailleurs âgés de 50 à 54 ans commencent à toucher des prestations de pension. Puisque les pénalités prévues dans beaucoup de grands régimes diminuent à l'âge de 55 ans, le taux d'accès à une pension grimpe pour atteindre environ 4,5 % des travailleurs et ne surpasse pas ce niveau jusqu'à l'âge de 60 ans.

Aussi, la perte potentielle d'offre de travail est illustrée par un écart élevé entre les pensionnés et les non-pensionnés en matière de participation au marché du travail. Cet écart est évident à l'âge de 50 ans et s'élargit dans les groupes d'âge plus élevés.

Parmi ceux qui ont commencé à toucher une pension à l'âge de 50 ans en 2003, 71 % ont gagné un certain revenu d'emploi l'année suivante, contre 87 % des non-pensionnés du même âge. À l'âge de 59 ans, les pourcentages correspondants étaient de 46 % et 76 %.

L'étude a révélé un écart important entre les taux d'emploi postérieur à la pension des hommes et des femmes. En 2004, par exemple, un jeune homme pensionné sur trois a touché au moins 5 000 $ d'un emploi l'année suivant sa retraite. Par contre, cela a été le cas d'un quart de leurs homologues femmes.

D'autres études ont montré que les femmes continuent de consacrer plus de temps aux tâches ménagères et aux soins des personnes âgées, ce qui peut expliquer leur taux plus faible de retour au travail.

Les jeunes retraités remplacent presque les deux tiers de leur revenu d'avant la retraite, ce qui est proche de la limite supérieure des taux de remplacement recommandés. Plus de 60 % de leur revenu provient d'une pension, suivi d'un revenu d'emploi (24 %) d'autres revenus du marché, notamment des REER et d'autres investissements (10 %).

L'étude a également montré que les jeunes retraités occupaient des postes relativement bien payants. Le salaire médian des hommes avant la pension s'élevait à plus de 60 000 $, contre un peu plus de 40 000 $ pour ceux qui ne touchaient pas de pension l'année suivante.

Les femmes ont touché moins que les hommes dans les deux groupes (pensionnés et non-pensionnés), mais, comparativement aux hommes, celles qui étaient pensionnées avaient un avantage salarial encore plus grand avant la retraite. Dans chaque période, les femmes qui ont commencé à percevoir leur pension touchaient environ deux tiers de plus que le salaire médian de leurs homologues travailleuses.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 4107.

L'article intitulé «Les jeunes retraités» figure dans le numéro en ligne de février 2007 de L'emploi et le revenu en perspective, vol. 8, no 2 (75-001-XWF, gratuit), lequel est accessible à partir du module Publications de notre site Web.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Ted Wannell au 613-951-3546 (ted.wannell@statcan.gc.ca), Division de l'analyse des enquêtes sur le travail et les ménages.