Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Archives du Quotidien Recherche dans le Quotidien Information à propos du Quotidien Voir ou imprimer Le Quotidien en format PDF. On doit utiliser Adobe Acrobat Reader. Calendrier de diffusion Derniers indicateurs économiques Produits récemment diffusés Dernier communiqué de l´Indice des prix à la consommation Dernier communiqué de l´Enquête sur la population active Abonnement gratuit au Quotidien électronique Salle des médias Le Quotidien
Le mardi 6 septembre 2005

Étude : Le chômage chronique

1993 à 2001

Selon une nouvelle étude, deux petits groupes de chômeurs étaient responsables d'une part disproportionnée des semaines chômées entre 1993 et 2001. Ils représentaient 15 % de tous les chômeurs, mais environ 41 % du chômage global.

Un de ces groupes est composé de personnes qui étaient toujours en chômage, c'est-à-dire celles qui n'ont pas réussi à se trouver un emploi lorsqu'elles étaient actives sur le marché du travail. Le deuxième groupe, celui des chômeurs chroniques, comprend les personnes qui étaient en chômage entre 48 % et 99 % de leur temps d'activité sur le marché du travail.

Ensemble, ces deux groupes représentaient 15 % de toutes les personnes qui avaient chômé à un moment donné durant la période à l'étude. Parallèlement, le nombre total de semaines de chômage accumulées par ces chômeurs constituait 41 % du temps total accumulé. Cela est d'autant plus frappant que ces personnes participaient relativement peu au marché du travail.

Dans le cadre de la présente étude, qui est fondée sur des données de l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (EDTR), on examine plusieurs groupes de personnes en chômage durant deux périodes de six ans se chevauchant partiellement entre 1993 et 2001.

Alors que les études précédentes portaient surtout sur le chômage chez les hommes, la présente étude révèle que le chômage chronique touchait davantage les femmes, qui représentaient 55 % des chômeurs chroniques, ce problème étant particulièrement grave chez les mères seules.

De plus, les personnes qui n'avaient pas de diplôme d'études secondaires étaient surreprésentées dans les rangs des chômeurs chroniques, tout comme l'étaient les résidents du Québec et des provinces de l'Atlantique, les travailleurs plus âgés, les membres de minorités visibles et les personnes ayant une incapacité.

Les chômeurs chroniques : un apport disproportionné au chômage

La présente étude s'intéresse particulièrement aux personnes qui étaient chroniquement en chômage au cours des deux périodes qui se chevauchaient. Ce groupe représentait à lui seul un pourcentage disproportionné du chômage.

Selon les données de l'EDTR, les deux panels comptaient un peu plus de 952 000 chômeurs chroniques entre 1993 et 2001. Défini pour les fins de cette étude, ce groupe comprend le dixième de la population ayant déjà chômé qui totalise un peu moins de 10 millions de personnes.

Ce groupe a cependant accumulé près de 130 millions de semaines de chômage, soit presque 30 % des 443 millions de semaines de chômage qu'ont accumulées toutes les personnes ayant été en chômage à un moment donné durant la période à l'étude. Autrement dit, ces 10 % de chômeurs ont représenté 30 % du chômage.

En revanche, 10 % des personnes à l'autre extrémité de l'échelle étaient rarement sans travail. En moyenne, elles avaient connu des épisodes de chômage moins fréquents et plus courts, et elles avaient passé moins de 1,3 % de leur temps au sein de la population active à chômer. Ces 10 % de personnes ayant déjà chômé avaient accumulé moins de 2,1 millions de semaines de chômage, soit à peine 0,5 % du total.

En chômage plus longtemps

Les chômeurs chroniques avaient tendance à connaître des épisodes de chômage plus nombreux et plus longs que les autres chômeurs, en plus de participer plus faiblement à la population active.

Au cours d'une période de six ans, les chômeurs chroniques ont vécu, en moyenne, 3,4 épisodes de chômage, chacun ayant duré au moins 54 semaines. Plus du quart d'entre eux ont connu 5 épisodes ou plus de chômage, près du dixième en ont vécu 7 ou plus et certains, jusqu'à 16.

Les personnes qui étaient toujours en chômage lorsqu'elles faisaient partie de la population active ont vécu, en six ans, chacun 1,7 épisode de chômage d'au moins 77 semaines en moyenne. Le fait qu'elles aient connu plus d'un épisode de chômage montre qu'elles avaient cessé de se chercher du travail et qu'elles avaient décroché de la population active à un moment donné.

Les femmes et les travailleurs plus âgés sont davantage touchés

Habituellement, les études portent surtout sur le chômage chez les hommes. Les données de l'EDTR révèlent toutefois que le chômage chronique touche davantage les femmes.

Dans l'ensemble, les femmes représentaient 53 % des 10 millions de personnes environ qui ont été en chômage à un moment donné durant la période à l'étude.

Même si les femmes constituaient moins de la moitié de la population active (49 %), elles constituaient 55 % des chômeurs chroniques et près des deux tiers de la population n'ayant jamais trouvé d'emploi au cours de cette période (personnes toujours en chômage).

Les chefs de familles monoparentales étaient particulièrement surreprésentés parmi les chômeurs chroniques et les personnes qui n'avaient jamais trouvé d'emploi. Il s'agissait surtout de femmes, car celles-ci se retrouvent à la tête de la grande majorité des familles monoparentales.

En général, les travailleurs plus âgés (ceux de 40 ans et plus) se ressentaient aussi plus durement du chômage chronique. En effet, ce groupe représentait 28,3 % des 10 millions de personnes ayant déjà chômé durant la période à l'étude, mais 38,1 % des chômeurs chroniques et 52,1 % des personnes qui n'avaient jamais trouvé d'emploi.

Plus de chômage chronique chez les personnes moins scolarisées

Les personnes qui n'avaient pas de diplôme d'études secondaires étaient surreprésentées parmi les chômeurs chroniques et les personnes qui étaient toujours en chômage lorsqu'elles faisaient partie de la population active. À l'inverse, elles étaient sous-représentées parmi les gens qui avaient rarement chômé.

Les personnes qui n'avaient pas de diplôme d'études secondaires représentaient 20 % de la population active durant la période à l'étude. Elles constituaient toutefois 38 % des chômeurs chroniques et 51 % de ceux qui n'avaient jamais trouvé d'emploi lorsqu'ils faisaient partie de la population active. Il s'agit de proportions supérieures à celles de tout autre groupe.

Par contre, les titulaires d'un diplôme ou d'un certificat universitaire représentaient 17,9 % de la population active, mais seulement 5,6 % des chômeurs chroniques. Ils constituaient aussi 16,8 % des personnes rarement en chômage.

Une réalité dans l'Est du Canada

Les chômeurs vivant à l'est de l'Ontario étaient surreprésentés dans le groupe des chômeurs chroniques et des personnes n'ayant jamais trouvé d'emploi lorsqu'elles faisaient partie de la population active.

Les résidents des provinces de l'Atlantique représentaient 8,5 % de la population active qui fait l'objet de la présente étude. Or, ils constituaient 16,6 % des chômeurs chroniques. Il en était de même au Québec, où l'on trouvait 26,6 % de la population active et 35,7 % des chômeurs chroniques.

En général, plus on s'éloigne du Canada atlantique pour se diriger vers l'ouest, moins les gens sont susceptibles de chômer.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 3889.

L'article analytique intitulé «Le chômage chronique : un profil statistique» (11-621-MIF2005031, gratuit) est maintenant offert en ligne dans la série Analyse en bref (11-621-MIF).

Pour plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Yvan Gervais (613) 951-2893, Secteur de la statistique du commerce et des entreprises.



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2005-09-06 Avis importants