Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Archives du Quotidien Recherche dans le Quotidien Information à propos du Quotidien Voir ou imprimer Le Quotidien en format PDF. On doit utiliser Adobe Acrobat Reader. Calendrier de diffusion Derniers indicateurs économiques Produits récemment diffusés Dernier communiqué de l´Indice des prix à la consommation Dernier communiqué de l´Enquête sur la population active Abonnement gratuit au Quotidien électronique Salle des médias Le Quotidien
Le vendredi 18 mars 2005

Étude : Évolution récente du marché du travail

1991 à 2004

Selon une évaluation de l'évolution récente du marché du travail, depuis l'an 2000, la demande de main-d'oeuvre s'est inversée à bien des égards par rapport à la situation des années 1990, un déplacement ayant eu lieu de la haute technologie vers l'habitation et les ressources.

Selon un rapport publié dans L'observateur économique canadien, ce nouveau régime de croissance de l'industrie a de profondes conséquences sur la répartition de l'emploi entre régions urbaines et rurales et sur la scolarité exigée des travailleurs, les professions exercées et même la composition de la taille des employeurs.

À l'évolution de la demande de travail a correspondu une importante évolution de l'offre de travail. En particulier, les travailleurs âgés de 55 ans et plus sont à l'origine du tiers de toute la croissance de la population active dans la dernière décennie après plusieurs décennies de reculs.

Toutefois, la reprise de l'emploi dans les mines et la construction a permis de rajeunir les effectifs de ces industries. Enfin, les perspectives d'emploi qui s'offrent aux jeunes sont aujourd'hui meilleures en milieu rural qu'en milieu urbain.

Depuis l'an 2000, l'économie a subi un certain nombre de chocs. L'effondrement de la demande de biens de technologies de l'information et des communications, plus particulièrement d'appareils de télécommunication et de fibre optique, a fait éclater la bulle boursière qui s'était formée dans ce secteur en 2000.

L'évolution à la baisse des taux d'intérêts s'est accélérée après les attentats du 11 septembre 2001, ayant provoqué une flambée des dépenses des ménages, surtout sur le marché de l'habitation.

Par ailleurs, le retour aux excédents dans le secteur public a permis de réinvestir dans les services publics en général et dans les hôpitaux en particulier. Enfin, l'intégration croissante de la Chine à l'économie mondiale a provoqué une envolée des cours des produits de base, ce qui devait à son tour faire monter en flèche le dollar canadien.

En 2004, la croissance de l'emploi a eu pour chefs de file les mines, la construction et les services immobiliers, qui ont enregistré des gains approximatifs de 5 %. Depuis le début de la présente décennie, ces trois branches d'activité ont mené la croissance de l'emploi. L'emploi a augmenté de 17 % dans les mines, de 18 % dans la construction et de 10 % dans les services immobiliers.

L'emploi a progressé dans ces trois secteurs après une décennie où il avait présenté des reculs. Ce revirement s'explique par l'essor des marchés des produits de base et de l'habitation.

Il faut dire en revanche que, depuis le début de la décennie, un certain nombre d'industries de grande croissance dans les années 1990 ont pris du retard. Il y a d'abord le secteur de la fabrication. Les industries de l'informatique et de l'électronique ont cependant dominé ce renversement, ayant éliminé les 45 000 emplois qu'elles avaient créés dans les années 1990. Enfin, l'industrie de l'automobile (qui comprend les pièces de rechange) s'est enlisée après avoir fait naître 69 000 emplois. La croissance rapide des services informatiques, le segment le plus dynamique de l'industrie durant les années 1990, s'est pratiquement arrêtée.

Les nouvelles tendances de l'emploi ont leur écho au tableau du chômage. Les mines ont présenté le taux de chômage le plus bas qu'elles aient jamais connu (4,5 % seulement). De même, l'essor du marché de l'habitation a fait tomber le taux de chômage dans la construction à son plus bas niveau en 30 ans (8,6 %).

Le vieillissement de la génération du boom des naissances reste le premier facteur démographique en importance sur le marché du travail. Le segment le plus en croissance dans la population est la tranche d'âge de 55 à 59 ans, qui a affiché une hausse de 4,7 % l'an dernier seulement.

Depuis 1998, le nombre de personnes âgées de 55 ans et plus a augmenté de 19 %. Il y a surtout eu un accroissement énorme du nombre de personnes âgées de 55 à 64 ans qui s'explique par l'arrivée des premiers représentants du baby-boom dans cette tranche d'âge.

cliquez sur le bouton droit pour sauvegarder le graphique.

Par ailleurs, le nombre de travailleurs d'âge mûr de 25 à 44 ans a diminué en valeur absolue pour une septième année de suite.

La hausse des taux d'activité de cette génération qui vieillit relève d'une tendance marquante de la population âgée de 55 à 69 ans à demeurer sur le marché du travail.

Les industries auparavant en déclin comme les ressources et la construction avaient éloigné les hommes plus âgés de la population active, mais leur récent redressement a encouragé une hausse de leur taux d'activité depuis 2000.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 3701.

L'étude spéciale Évolution récente du marché du travail est maintenant accessible gratuitement en ligne. Elle paraît aussi dans le numéro de mars 2005 de L'observateur économique canadien, vol. 18, no 3 (11-010-XIB, 19 $ / 182 $). La version mensuelle imprimée de L'observateur économique canadien, vol. 18, no 3 (11-010-XPB, 25 $ / 243 $) paraîtra sous peu.

Pour plus de renseignements, communiquez avec Philip Cross au (613) 951-9162 (oec@statcan.gc.ca), Groupe de l'analyse de conjoncture.



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2005-03-18 Avis importants